Portraits de lauréats

Organisé chaque année par le Lions club Le Plessis-Robinson, en partenariat avec la Médiathèque Jean d’Ormesson et le service municipal de la Jeunesse, le concours des Lions d’or des Jeunes Talents permet, depuis onze éditions, aux jeunes artistes de notre ville d’exprimer leur créativité et d’acquérir une première expérience.

Marion : quand le graphisme sublime la nature

Plusieurs jeunes artistes ayant participé aux précédentes éditions seront à découvrir tout au long de l’été , à travers le rendez-vous « Portraits de lauréats ».

Lions d'Or des Jeunes Talents

Concours des Lions d'Or des Jeunes Talents Robinsonnais 2020 
Conditions de participation :

  • être âgé de 14 à 25 ans
  • avoir un lien avec Le Plessis-Robinson,
  • s'inscrire sur le site de la ville avant le 15 septembre,
  • soumettre au jury une œuvre, accompagnée d’un texte d’explication ou de motivation, avant le 19 septembre.

     

    Du haut de ses 28 ans, cette créatrice robinsonnaise aussi inspirée que déterminée est déjà à la tête de nombreuses expériences dans différents domaines artistiques, du dessin, au graphisme, en passant par la photographie, l’édition et l’écriture. 

    Marion Pajot nous a accordé un entretien pour parler de son parcours, de ses participations au concours des Jeunes talents – huit fois en tout ! – et des expériences artistiques qui l’ont amenée à vivre de sa passion en créant sa propre marque et entreprise.

    Peux-tu te présenter en quelques mots ainsi que ton univers artistique ?

    Mon univers est, en vérité, une partie de moi et un message, un regard qui est le mien et qui se résume par un émerveillement permanent pour la nature et la Vie et un profond cri du cœur et de respect pour la sauvegarde des êtres vivants et de la Vie elle-même.
    La beauté, le respect de la nature et de la biodiversité constituent le thème principal inspirant mes créations.

    Je cherche à mettre en avant le caractère unique et précieux de chaque être vivant que ce soit vous, cet animal ou cette plante.
    Chaque être est précieux et particulier, pourtant, nous possédons aussi des liens et des ressemblances qui nous unissent et nous rapprochent.
    C’est aussi promouvoir le respect de tous les êtres, le respect et la magie de La Vie. 

    Comment est née cette passion et ce goût pour l’art ?

    Ma passion, je pense qu’elle a toujours été en moi même s’il m’a fallu du temps pour la comprendre totalement et la laisser pleinement s’exprimer jusqu’à en faire mon métier. 
    Depuis toute petite, j’aime la nature et les animaux. La nature m’a toujours ressourcée et rendue heureuse.
    Je me souviens, enfant, que je parcourrais les champs et les prés dans une parfaite insouciance, à regarder les chevaux, à observer les insectes et cueillir les fleurs et les fruits... avec un sentiment de liberté totale en harmonie avec la nature. Toujours dehors. Souvent pieds nus dans l’herbe. Tout ce temps passé dans la nature a alors fait croître ma curiosité et ma capacité d’observation. C’est aussi dans ces années, entre 4 et 7 ans, que je me suis mise à beaucoup dessiner.

    Parle-nous un peu de ton parcours…

    À l’âge de 7ans, j’ai déménagé au Plessis-Robinson, et ai fait la connaissance d’une professeure de dessin et d’arts plastiques. Elle m’a aidé à m’améliorer techniquement et à me faire confiance. Après des études et un Bac Arts plastiques, j’ai réussi à comprendre ma passion et à faire naître un premier style.
    J’ai compris que j’avais un véritable goût et un certain talent pour la photographie. J’ai avancé et ai trouvé mon orientation, vers un BTS communication visuelle option graphisme, édition, publicité. Durant ces années, j’ai énormément progressé et ce fut un véritable bonheur d’expérimenter, d’apprendre dans de nombreux domaines (sculpture, dessin, architecture, design, publicité, photographie, édition, pub, graphisme print, …).
    Ma passion s’est renforcée par ces années de travail et d’apprentissage, qui m’ont aidée à libérer ce que j’avais en moi. 

    C’est par la suite, et à travers un DSAA, que j’ai découvert le digital, l’interactivité, des outils multimédia innovants ouvrant de nouveaux regards sur le monde de l’Art. J’ai également découvert la sérigraphie, la création de photomontages, la reliure et la sérigraphie. Aujourd’hui, je m’épanouis véritablement en mariant l’ensemble de mes compétences, toutes ces techniques, ainsi en ne choisissant pas une seule facette, une seule technique ou un seul métier mais en les associant et les mariant. 

    « Oser présenter son travail »

     

    "Ode à la nature", 45 pages dédiées à la beauté de notre monde.

     

    Qu’est-ce qui t’a décidée à participer au Lions d’or des jeunes talents ?

    J’ai connu le concours grâce à ma professeure de dessin et arts plastiques du Plessis-Robinson, c’est elle qui m’a aidée à avoir confiance en moi et prendre conscience que j’avais envie de présenter mon travail artistique. Une œuvre n’est pas faite pour rester dans un grenier, elle est faite pour être partagée. Dans le même temps, je venais de commencer mes premières peintures «  sérieuses » : je me suis lancée en présentant un triptyque de ces peintures mais surtout un message : rendre un hommage aux amérindiens, à leur capacité à vivre en harmonie avec la Terre et les animaux, un thème qui m’est très cher. Le concours était une belle opportunité pour jauger ma technique et la portée de ce que je commençais à créer, à penser, tout cela en ayant en plus  la joie de faire plaisir à mon entourage et, également de pouvoir de mon côté découvrir et être au cœur pour la première fois d’une rencontre entre œuvres et artistes, face à un jury professionnel. Mais cela a été formateur et depuis cette première participation – en 2007, c’était d’ailleurs la première édition du concours – j’ai participé huit fois !

    Était-il difficile de présenter ton travail au jugement de professionnels ? 

    Je me rappelle particulièrement ma première et ma dernière participation, qui ont été marquantes et décisives pour moi. La première, parce que cette création était particulièrement importante pour moi et la dernière, parce que l’œuvre que je présentais – un livre d’art que j’ai réalisé entièrement seule, de la conception à la réalisation graphique jusqu’à l’impression et la reliure cousue à la main –a été un véritable déclic professionnel et personnel. Ce recueil est le résultat de plusieurs années de prises de vue, de nombreuses heures de travail pour réaliser un premier projet personnel, de manière professionnelle. Il est constitué de photographies inédites de paysages et d’animaux splendides qui correspondent à des rencontres fortes de ma vie… C’était donc un peu mon bébé que je présentais. J’avais un trac énorme, mais au fil de l’entretien, j’ai pu me détendre car j'ai également eu plaisir à présenter mon travail et à répondre aux questions du jury. Ce sont de ces échanges que naissent des pistes d’améliorations, ou de nouvelles idées, tout comme l’exposition permet d’observer ce qui est compris, vu, interprété et imaginé par le public. C’est aussi ce qui fait que c’est vraiment intéressant d’oser présenter son travail. 

    « L’élan dont j’avais besoin »

    Que t’ont apporté ces différentes participations au concours, en tant qu’artiste ?

    Beaucoup de choses ! J'ai découvert de nombreux artistes avec leurs univers. J'ai trouvé très enrichissant de partager nos œuvres et nos univers les uns avec les autres. Le jury m’a également apporté un regard professionnel qui fut très intéressant pour l’évolution de mon travail.

    Chaque concours fut un challenge et m’a offert une belle visibilité. C’est également un moyen sûr de se motiver et d’apprendre à créer dans des délais impartis. C'est un excellent moyen à mon avis de se préparer à présenter ses œuvres, s’entraîner à réfléchir profondément au pourquoi de ses créations et savoir en parler aux autres, ce qui n’est pas évident. Le fait de ne pas gagner le concours, d’ailleurs, m’a poussée à m’améliorer, à créer, et a fait grandir ma détermination.

    Après 8 participations, j’ai été récompensée pour mon recueil Ode à la nature : ce fut la joie d’obtenir la reconnaissance de mon travail, un véritable  feu vert pour mes projets et mon ambition de créer ma propre entreprise et marque. Ce fut aussi une aide financière non négligeable pour me lancer concrètement et acheter du matériel. J’ai donc appris autant de mes « échecs » (même si perdre le concours n’est pas réellement un échec) que de cette jolie petite victoire, qui m’a donné l’élan dont j’avais besoin pour oser faire de ma passion, mon métier.

    Et depuis le concours ?

    Mon univers et mes activités se sont approfondis et précisés. La dernière œuvre que j’ai présentée au concours a été un déclic, une révélation. J’ai, depuis, créé ma marque, Marion photographisme, pour laisser libre cours à de nombreuses créations qui me semblent en découler tout naturellement mais pour lesquelles j’ai grandement amélioré l’aspect technique. J’ai également créé mon entreprise pour vivre pleinement de ma passion, en proposant de véritables créations sur-mesure, à toutes sortes de clients, qu’ils soient particuliers ou professionnels. J’ai décidé de conjuguer et associer l’ensemble de mes compétences : photographie, graphisme, ainsi qu’un panel d’idées et de techniques artistiques. Je réponds donc à des commandes mais je crée, présente et vends également des créations uniques et originales qui me tiennent à cœur sous diverses formes ou supports comme des tableaux, t-shirts dessinés, beaux livre fait main, de la carterie, des tirages photographiques…, le tout cherchant principalement à mettre en avant la beauté de la nature, mais aussi et surtout, le caractère unique et précieux de chaque être vivant de notre belle planète. 

    « Se faire confiance et rester ouvert »

    Quels sont tes projets en cours ?

    Je travaille en ce moment sur de grands portraits d’animaux, réalisés par ma main aux pastels et aux pigments sur des grands panneaux de bois. J’ai choisi le bois pour ramener en quelque sorte ces animaux dans leur habitat naturel, pour être en accord total avec la nature mais également afin de travailler avec une matière naturelle, changeante, vibrante, vivante. Le bois et les pastels, matières naturelles, redonnent alors vie, beauté et respect à ces animaux tout en en dévoilant toute leur beauté. Je fais ces tableaux de mes mains en très grands formats et les expose avec l’idée d’offrir à ces êtres une place respectueuse au rang d’œuvre de la nature à part entière… J’axe notamment une partie de mon travail sur l’envie de redonner vie et place, en particulier, aux animaux chassés, en voie d’extinction et de disparition. 

    Quels conseils donnerais-tu à un jeune artiste pour découvrir, se perfectionner dans un art ?

    Avant tout, de suivre son instinct, ce qui l’attire, de se laisser guider par ce qu’il veut exprimer par le biais des outils de l’art. Ensuite, je dirais qu’il est important de rester curieux, prêt à découvrir, à expérimenter, à écouter et à découvrir les autres, en allant visiter des musées ou en s’intéressant tout simplement à ce que notre voisin aussi est capable de faire. Tout artiste est sujet aux diverses critiques et quand on est jeune, on y est parfois très sensible. Il faut à la fois se faire confiance et rester ouvert à la remise en question afin de grandir et de développer son art. La technique s’acquiert et évolue au fil du temps et des heures de travail, elle est l’outil d’expression, elle est à votre portée si vous trouvez celle qui est faite pour vous : pour ça, il faut faire et essayer ! L’art est une voie difficile mais elle apporte des choses incroyables, c’est un cadeau. 

    Retrouvez les œuvres de Marion Photographisme et sur www.mp-graphiste.com

    Jeunes artistes : à vous de créer !

    Pour participer au concours des Lions d'Or des Jeunes Talents Robinsonnais 2020, il suffit :

    • d’être âgé de 14 à 25 ans et d’avoir un lien avec Le Plessis-Robinson,
    • de remplir le bulletin d’inscription en ligne, disponible sur le site de la ville avant le 15 septembre,
    • de soumettre au jury une œuvre, accompagnée d’un texte d’explication ou de motivation, avant le 19 septembre.

    Un prix de 1 000 € sera décerné au lauréat de la catégorie « 18-25 ».
    Le vainqueur de la catégorie « juniors » (14 à 17 ans inclus) recevra, quant à lui,  un chèque-cadeau d’une valeur de 300 €. 

Les pôles