Une longue et belle histoire

Mûri de longue date, ce projet est né de la volonté du Maire de développer une offre culturelle digne d’une ville de 30 000 habitants. Les anciens équipements ne suffisaient plus, d'autant plus que les bâtiments et équipements étaient devenus vétustes. La construction d’un nouvel ensemble culturel est donc peu à peu devenue une évidence.

La commune s'est doté d'un magnifique navire amiral pour développer encore plus la vie culturelle, avec un lieu d'accueil pour tous les arts et pour tous les types de public... Cet équipement a vocation à rayonner au-delà du Plessis-Robinson dans les communes de la région parisienne.

C’est en 2010 que son histoire a réellement débuté avec le lancement d’un appel à projet. Le Maire a souhaité réunir sept équipements en un seul et même bâtiment dont un théâtre, un cinéma, une médiathèque, une salle d’exposition, deux studios de musique, en lançant un appel à projet soumis au vote d’un jury pour la construction d’une Maison des Arts. C’est l’architecte Jean-Christophe Paul, du cabinet Ars Aedificandi Calliope qui a été désigné comme lauréat de l’appel à projet parmi quatre candidats présentés devant le jury, choix confirmé en janvier 2011 par le Conseil Municipal.

Les travaux ont démarré en 2013, pour se terminer en 2016. Le choix s’est porté sur un projet respectueux de l’approche urbanistique de la ville, conforme à l’architecture douce du Plessis-Robinson.

La Maison des Arts a été imaginée comme un lieu où l’on aime se retrouver, un lieu accueillant en l’honneur de la création, qui, comme le sport, permet d’émouvoir et de fédérer les hommes.

Dates clés

2010-2011

Appel à projet et désignation du lauréat

Janvier 2011

Désignation de Jean-Christophe Paul, architecte au Conseil Municipal

2013-2016

Travaux de construction

2015

Obtention du label HQE

11 juin 2016

Inauguration 

    Le mot du maire, Philippe Pemezec

     « C’est un projet qui a été imaginé il y a longtemps et qui a mis de nombreuses années à sortir de terre pour déboucher sur une Maison des Arts à la hauteur de nos ambitions.

    Le premier objectif était de réunir dans un même lieu des activités culturelles florissantes pratiquées jusqu’à présent dans des équipements disparates, trop étroits et vieillissants. Ce qui est fait avec cette Maison des Arts qui réunit sous la même coupole théâtre, musique, danse, spectacle vivant, cinéma, bibliothèque, discothèque, vidéothèque, arts plastiques et musiques actuelles. 

    Il fallait un écrin à la hauteur de la richesse culturelle de notre ville et nous avons imaginé que cette Maison des Arts, avec ses formes classiques en référence à l’architecture palladienne, serait le modèle idéal, au cœur d’une ville dans laquelle nous avons remis à l’honneur l’architecture classique dans nos traditions d’Ïle-de-France, à mi-chemin entre Paris et Versailles.

    La musique, sous toutes ses formes, sera le fil conducteur de la programmation de la salle de spectacles, la première au Plessis-Robinson, indispensable pour une commune de près de 30 000 habitants en plein développement. C’est pour cette raison que nous avons baptisée du nom de Jane Rhodes l’esplanade qui fait face à la Maison des Arts. Cette magnifique cantatrice, décédée en 2011, était une enfant du Plessis-Robinson qui a fait la fierté de sa ville et de son pays sur les plus grandes scènes du monde.

    Enfin, nous avons souhaité implanter cette Maison des Arts au croisement de plusieurs quartiers de notre ville, en face du marché et à l’entrée de la Cité-jardins parce que nous voulons que la culture soit à la portée de tous. Chacun des habitants du Plessis-Robinson doit pouvoir s’approprier cette réalisation et y trouver de quoi se distraire et s’enrichir, grâce à une programmation ouverte et éclectique. »

     

    L'obtention du label HQE

    Pour sa construction, toutes les technologies modernes ont été privilégiées, conférant aux salles et au studio d’enregistrement une acoustique exceptionnelle. Mais cette exigence de modernité devait aller de pair avec l’objectif de la ville de respecter les critères
    environnementaux. La commune a accentué son engagement dans les problématiques de développement durable depuis les Etats généraux de la ville durable organisés en 2012. Une construction certifiée HQE (Haute qualité environnementale) en 2015.

    Quatre axes du développement durable y ont été explorés (cadre de vie, mobilités, énergies et biodiversité) pour dessiner la ville de demain, dont la Maison des Arts est un symbole majeur. Le but était d’obtenir la certification HQE™ (Haute Qualité Environnementale) en s’appuyant sur les conseils de la société Elan en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage et sur l’agence de certification Certivéa, leader français des certifications environnementales des bâtiments non résidentiels et des territoires durables.

    C’est cette agence qui a attribué la certification à la Maison des Arts dans le courant de l’été 2015. Pour l’atteindre, le constructeur du bâtiment doit intégrer un certain nombre de critères dans la conception, la construction puis l’exploitation du bâtiment.

    Exemples : la réalisation de l’enveloppe thermique du bâtiment basse consommation, le raccordement au réseau géothermique du quartier, la gestion sélective des déchets,… Au-delà de la dimension technique, sont retenus aussi l’intégration du bâtiment dans son environnement (l’architecture classique de la Maison des Arts dans le prolongement de celle de la nouvelle Cité-jardins), son accessibilité (par le tramway T6, le T10, les pistes cyclables et des racks à vélos sur le site.

     

Les pôles