Ode à la nature

Le Salon Canaletto de la Maison des Arts accueille du samedi 3 au dimanche 18 février une magnifique exposition qui met en valeur le travail de trois artistes de choix : Claude Chose (photographe), Armand Petersen (sculpteur), Etienne Audfray (sculpteur). Une promenade initiatique qui sublime les dons que nous donne la nature.

Ces trois artistes d’horizons différents ont en commun l’amour de la nature. Aux paysages photographiques de Claude Chose répondent en effet les statues féminines d’Étienne Audfray et les sculptures animalières d’Armand Petersen. Au gré d’un cheminement poétique, leurs œuvres dialoguent pour vous convier à une promenade au charme envoûtant.

Claude CHOSE, le photographe paysagiste

Cet artiste est passionné par le château de Versailles et son parc dont il aime arpenter les allées à tous les moments de la journée. Il apprécie particulièrement les atmosphères brumeuses, quand le jardin se fait mystérieux. Ce sont ces moments suspendus qu’il souhaite partager. Autre pan de son travail : après la nature façonnée par l’homme dans le parc du Roi-Soleil, les grands espaces de la campagne française. C’est en Aubrac qu’il dirige son objectif. « Une région qui est pleine de magnétisme et d’élégance avec des paysages discrets mais aussi rudes. J’y découvre un certain mysticisme au gré des chemins et des symboles qui veillent sur cette région » raconte le photographe.

Claude Chose est président de l'union régionale sud-ouest Ile-de-France de la Fédération de la Photographie Française (FPF). Il a été 2e du grand prix d'auteur de la FPF.

Armand PETERSEN, le sculpteur animalier

Canards, chouettes, ânes, béliers, mais aussi, plus exotiques, panthères, antilopes, dromadaires et caïmans. Voilà une partie du bestiaire d’Armand Petersen que vous pourrez voir ce mois-ci. Grand nom de la sculpture, Armand Petersen (1891-1969) a fait partie dans les années 1920 du groupe des « animaliers », ces jeunes artistes réunis au Jardin des Plantes de Paris par le célèbre François Pompon pour étudier les animaux d’après nature. A partir des années 1950, le sculpteur a reçu des commandes publiques et ces œuvres sont aujourd’hui visibles dans plusieurs musées (Angers, Gien, Vernon, Louviers). Toute sa vie, le sculpteur est resté fasciné par les animaux, essayant sans relâche de figer dans ses œuvres leurs mouvements, et ainsi transcrire avec tendresse leur beauté et leur fragilité.

Étienne AUDFRAY et l’éternel féminin

Aux côtés des animaux, l’exposition sera aussi peuplée de nymphes modernes, tour à tour penseuses, mélancoliques, joyeuses ou effrontées. C’est qu’Étienne Audfray (1922-2017), bien qu’élève d’Armand Petersen auprès de qui il avait appris les techniques de la sculpture, s’intéressait avant tout à la figure humaine, et principalement aux formes féminines. Il aimait jouer avec les effets d’ombre et de lumière sur la matière pour mieux représenter le modelé du corps des femmes. Artiste reconnu, il a réalisé plusieurs œuvres monumentales ornant places et jardins de communes du Val-de-Marne. Il a par ailleurs présidé la Société Nationale des Beaux-Arts de 1998 à 2004.

Exposition « De terre, de bronze et de lumière »

Du 3 au 18 février 2018

Maison des Arts - Salon Canaletto

Entrée libre

du mardi au dimanche de 15h à 19h

Renseignements : 01 81 89 33 66

Les pôles