Découvrez une expression par semaine !

Avant de se lancer officiellement dans la Semaine de la langue française et de la Francophonie (du 17 au 25 mars), la lettre d'information vous proposera de découvrir le pourquoi du comment des expressions oubliées grâce à Bernard Pivot, parrain de la Dictée 2018.

    Parce que nous utilisons très souvent des expressions de manière machinale sans savoir vraiment d'où elles proviennent et parce que la langue française regorge de trésors qu'il serait dommage d'oublier, nous vous proposons chaque semaine de découvrir une expression grâce à Bernard Pivot.

    Une introduction au mois de la langue française, qui ouvrira avec la célèbre Dictée du Plessis-Robinson, samedi 10 mars à 10h.

    À noter que Bernard Pivot remettra les diplômes aux lauréats de la Dictée dimanche 11 mars à l'issue de sa pièce "Au secours ! Les mots m'ont mangé", à 16h30 au Salon Palladio de la Maison des Arts.

    Si vous souhaitez en savoir plus, plongez-vous dans son petit ouvrage 100 expressions à sauver, chez Albin Michel 2008.

    "C'est pas tes oignons" 

    Ou occupe-toi de tes oignons !

    Mêle-toi de ce qui te regarde ! Ce ne sont pas tes affaires !

    Est-ce une expression qui vient de l'argot, le mot oignon y désignant l'anus  (il l'a dans l'oignon !) ? Une expression équivalente semble le confirmer : occupe-toi de tes fesses !

    À la première personne , on dit : c'est mes oignons ! Ça ne regarde que moi...

    Aux petits oignons

    Aux petits oignons, exécuté avec beaucoup de soins, fait avec amour et à la perfection qui continue de séduire les écrivains.

    Paul Cézanne, Nature morte.

Les pôles